LES TERMINALES STMG COFFRES À LAPOUTROIE !

Que le lecteur pardonne les auteurs pour ce titre un peu facile, nous vous le concédons, mais c’est bien de coffrage dont il a été question mardi 22 novembre 2016 entre 14h et 18h. Accompagnés de deux de leurs professeurs, les élèves de terminale STMG se sont rendus à Lapoutroie pour visiter les locaux de la société HUSSOR, une entreprise spécialisée dans la fabrication de coffrages. Cette visite s’est déroulée en trois temps.

Dans un premier temps, une présentation générale de l’organisation a été faite par Monsieur Raymond LOOS, Directeur industriel, assisté de Madame Marine CORNIERE, Assistante ressources humaines ; à cette occasion, les orateurs ont pris le temps de répondre à une première série de questions préparées par les élèves, en amont de la visite, lors des séances d’accompagnement personnalisé.

Dans un deuxième temps, la classe a été invitée à visiter les ateliers de l’entreprise, l’occasion pour les visiteurs de mieux cerner les étapes de fabrication d’un coffrage, du découpage du tube jusqu’au montage final.
L’après-midi s’est terminée par une nouvelle série de questions/réponses autour de trois thématiques directement liées aux trois spécialités proposées en terminale STMG : gestion et finance, mercatique et ressources humaines ; l’assistance a pu apprécier la richesse des explications, chaque question ayant trouvé une réponse circonstanciée : les élèves ont ainsi pu transposer leurs – nombreuses – connaissances théoriques à un cas réel d’entreprise.

À noter que cette visite ne constitue qu’une des nombreuses facettes de cette collaboration exceptionnelle lancée voilà plus d’un an avec la société HUSSOR : la réalisation d’un projet technologique par certains élèves suivant la spécialité gestion et finance à partir d’un contexte construit autour de l’entreprise HUSSOR constituera ainsi un autre temps fort de cette belle relation que tous souhaitent pérenniser.

Un grand merci à l’ensemble du personnel de la société pour sa disponibilité et son écoute ! Michel MALACRINO & François SESSA, Professeurs d’économie-gestion


Conférence de M Claude Muller – L’Alsace dans la tourmente des années 1939 – 1945

Le 22 novembre 2016, les élèves de 1ère 2 et de la classe européenne allemand ont eu le privilège d’assister à une conférence donnée par M Claude Muller, Directeur de l’institut d’histoire d’Alsace, de l’Université de Strasbourg.

Le thème abordé fut l’histoire tourmentée de notre région entre 1939 et 1945. Lorsque la guerre est déclarée en septembre 1939, une partie des habitants de la région est évacuée vers le Sud-Ouest de la France, où leur mauvaise maîtrise de la langue française ne les favorisa pas. L’armée française se sentait à l’abri de la fameuse ligne Maginot.

Mais après le Blitzkrieg de mai-juin 1940, l’Alsace fut annexée de fait à l’Allemagne d’Hitler qui vint visiter sa nouvelle conquête dès le 28 juin 1940. Les exilés rentrèrent pour la plupart chez eux, mais n’y trouvèrent que l’oppression nazie. Un climat de terreur fut instauré par les occupants. Les les noms de famille ont été germanisés ainsi que les noms de rues. Ainsi la rue Rapp fut rebaptisée Kapuzinergasse et l’Avenue de la République est devenue la Adolf Hitler Strasse. Les écoles ont été enlevées aux clercs et l’enseignement fut nazifié. Les élèves devaient écrire des poèmes en l’honneur du Führer et tous les matins ils devaient faire le salut nazi au début des cours.

De nombreux jeunes alsaciens ont été enrôlés de force dans les Jeunesses Hitlériennes puis dans la Wehrmacht à partir du 25 août 1942 : ce sont les célèbres Malgré-Nous qui n’ont eu d’autre choix, par peur et par pression sur leurs proches, que de rejoindre les forces allemandes. La plupart ont été envoyés sur le front russe, où beaucoup ont perdu la vie. Certains n’avaient pas plus de 18 ans et ont été fauchés par les balles et les obus russes. Au final, ce sont presque 43.000 Alsaciens « Malgré-Nous » qui disparurent dans les troupes d’Hitler.

L’Alsace fut également le théâtre d’autres scènes d’horreur avec l’installation du camp de concentration du Struthof ainsi qu’un camp de redressement à Schirmeck. Originellement camp de travail, le Struthof fut aussi lieu d’expérimentations médicales et de déportation pour les Juifs, Tziganes, ennemis politiques, homosexuels… On estime que 22.000 d’entre eux y laissèrent la vie.

C’est donc une véritable libération, au sens propre comme figuré, que l’arrivée des troupes alliées fin 1944.

L’Alsace fut la dernière région française libérée et Colmar la dernière grande ville à redevenir française le 2 février 1945. Cette Alsace libérée mais meurtrie par les décès et les destructions, surtout dans les villages autour de Colmar (Ostheim, Bennwihr …) intégra officiellement la nouvelle IVe République française en 1946, une année après l’armistice signé le 8 mai 1945. Aujourd’hui de nombreux lieux de mémoire subsistent comme le monument De Lattre ou le char Sherman à Colmar, ainsi que la nécropole de Sigolsheim où reposent des soldats français de toutes origines et de toutes religions, qui ont tous combattu pour retrouver la Liberté.

Pour conclure, M Muller a félicité les élèves impliqués dans la section européenne allemand en insistant sur le fait que « le bilinguisme français-allemand doit continuer à exister car il a permis de dépasser le sentiment de ballottement entre deux pays ».

Un grand merci à M Muller pour cette leçon d’histoire et de citoyenneté !

M DANNER – M KIEFFER

FORUM des Carrières de la Santé et du Social

Les métiers de la santé et du social connaissent un fort développement et sont constitués de viviers d’emplois considérables dans les prochaines années. La conjugaison de plusieurs phénomènes démographiques et sociaux conduit à un développement significatif des besoins en compétences dans les différents champs de l’intervention sanitaire, sociale et médico-sociale (vieillissement de la population, dépendance, précarité…)

Jeudi 17 novembre 2016, les élèves de terminale ST2S se sont rendus à Mulhouse au FORUM des Carrières Sanitaires et Sociales organisé par la région GRAND EST.

Cette manifestation avait pour but de présenter les différentes formations accessibles avec un Baccalauréat ST2S.

Plus de 40 métiers et leurs formations étaient représentés.

Le secteur sanitaire et social propose de réelles opportunités d’emploi et de carrière pour des personnes souhaitant conjuguer compétences techniques et qualités humaines dans leurs futures missions.

En amont, les jeunes ont préparé la visite à l’aide d’un guide qui devait permettre aux élèves de s’interroger :

  • quelles missions aimerais-je remplir,

  • plutôt auprès d’enfants, de personnes du 3ème âge, ou personnes présentant un handicap ?

  • dans quel domaine ? éducation, aide à la personne, à domicile, en milieu hospitalier ?

… afin de déterminer la stratégie de mise en œuvre du projet en prenant connaissance des opportunités proposées.

 

 

Le temps de l’Avent, pour préparer Noël

Le temps de l’Avent commence toujours le 4ème dimanche précédent Noël. Aussi, le signal pour les préparatifs de Noël est donné à tout les croyants. Indissociable de cette période, le calendrier de l’Avent est bien présent et l’allié de nos petits. Aussi, il est temps de penser au sapin, à la crèche, aux achats de Noël et aux petits gâteaux…  Pour nous, les préparatifs ont commencé par la confection des couronnes de l’Avent avec les collégiens volontaires dont la joie et l’enthousiasme ont égaillés nos mercredis après-midi. Suivi par les quizz et les bricolages de Noël, nous avons contribué ainsi à développer l’esprit de Noël auprès de nos jeunes.

Nombreux de nos jeunes ont été récompensés pour leurs participations.

Joyeux Noël et Bonne année à tous.

Le Foyer-Collège


Noël à Saint André

Le temps de l’avent a sonné et nos élèves aussi se préparent pour les fêtes. Rien de tel que de vivre ses cours dans un environnement festif. Après une belle fête de la Saint André, qui a montré un bel esprit d’entraide et de convivialité, l’esprit de paix de Noël continue à se propager, jusque dans nos salles de classe.

Merci à tous pour cette belle ambiance.

 


ECHANGE AVEC KENZINGEN

Pour la deuxième année consécutive l’échange avec le Gymnasium Kenzingen a eu lieu sur 3 périodes pour les élèves de seconde ABIBAC .Les élèves allemands ont été accueillis d’abord dans l’établissement puis dans les familles du 15 au 18 janvier 2016.

A cette occasion les élèves de première ont pu retrouver pour une journée leur correspondant. En effet le groupe d’élèves allemands ayant participé l’année dernière à l’échange s’est joint à celui de cette année. Les jeunes ont travaillé ensemble sur le thème du Rhin. Pendant ce temps diverses activités avaient été organisées dans l’établissement et en ville pour les secondes et leurs correspondants avant qu’ils ne rejoignent leurs familles en début de soirée.

Le deuxième temps s’est déroulé en lieu tiers à Breisach les 11 et 12 mars 2016. Là aussi plusieurs visites étaient au programme (port-musée de la ville de Breisach – collégiale Saint Stéphane).

Pour clôturer l’échange nos élèves se sont rendus à Kenzingen du 03 au 06 juin 2016. Ils ont eu l’occasion de visiter le centre ville de Freiburg grâce à un rallye élaboré par les élèves allemands, de pouvoir observer le travail fourni dans les coulisses du théâtre et de découvrir un des deux quartiers écologiques de la ville Rieselfeld.

 

Visite de l’ECAM

Jeudi 3 novembre, nous avons emmené tous nos premières et terminales Sciences de l’Ingénieur à l’ECAM de Strasbourg afin de visiter cette école d’ingénieur. Nos élèves ont pu découvrir les laboratoires de TP et se faire présenter par des étudiants les spécificités et attentes des cours. A l’issue de cette immersion nos jeunes se sont frottés à un défi par équipe. Le but de chaque équipe étant de placer un Chamallow le plus haut possible avec 20 spaghettis, un bout de ficelle et un mètre de scotch. Ils ont à cette occasion pu voir les bienfaits du travail en équipe et la nécessité de se fixer un objectif précis pour parvenir au meilleur résultat.


Voyage en Islande

Au cours du mois d’avril 2016, nous avons eu la chance et le plaisir d’accompagner un petit groupe d’élèves de première et de terminale scientifique pour un voyage pédagogique en Islande. L’Islande, terre des vikings, est un pays qui se caractérise par des paysages aussi magnifiques qu’insolites.

Au cours de notre circuit et grâce à notre guide Mizuho, nous avons pu découvrir le patrimoine culturel et géologique du pays : les lieux de l’éruption de Eyjafjallajökull en avril 2010, la dorsale Atlantique émergée à Thingvellir, le geyser de Geysir… Les élèves ont eu l’occasion de manipuler des notions et des outils théoriques sur un territoire caractérisé par une sismicité et un volcanisme récent.

Cette dynamique de la Terre s’est répercutée sur l’ensemble de l’équipe et a permis un voyage riche tant dans le domaine du savoir que dans celui de la camaraderie.

Sandrine Jordan, Mélanie Dietenbeck et Ivo Jivkov

 

Témoignages de Julien, Iris, Pauline, Thomas et Lisa :

« Pour nous, ce voyage fût une riche expérience autant du point de vue humain que culturel. Nous avons pu découvrir un pays incroyable de par ses glaciers, ses geysers et ses étendues vierges de toute civilisation. La mentalité et le mode de vie islandais étant basés sur le respect, autant de la nature que de l’être humain, rend ce pays unique et a fait de ce voyage un moment inoubliable. »

Julien : «  Les après-midi aux piscines géothermiques m’ont permis de me sentir au plus proche du mode de vie islandais. En effet, beaucoup d’islandais s’y retrouvent pour se relaxer après le travail. »

Iris : « Mon moment marquant a été l’arrivée en Islande, ce pays si vaste, désertique et unique. En arrivant dans notre premier logement nous avons pu découvrir des chalets de 4 personnes situés au milieu de nul part où régnait un calme et un silence exceptionnels. »

Pauline : « Parmis les nombreux paysages et les innombrables cascades, que j’ai eu la chance de voir pendant cette semaine, une cascade m’a particulièrement marquée. En voyant cette cascade d’eau nichée au cœur d’une grotte et bercée par les légendes locales racontées par notre guide, il était facile de laisser notre imagination divaguer. »

Thomas : « Les différents échanges et rencontres avec les islandais, nous faisant découvrir leur culture et leur patrimoine furent des moments forts du voyage. Nous avons par exemple tellement apprécié notre chauffeur et guide, que nous l’avons rebaptisé « Marcel » (à cause de son nom islandais imprononçable). »

Lisa : « Je ne saurais dire ce qui était le plus beau entre les paysages ou les repas tous plus appétissants les une que les autres. »