L’industrie automobile en constante évolution

Avec le nouveau brevet des collèges, l’examen oral portera désormais sur un EPI (Enseignement Interdisciplinaire) : Monde économique et professionnel ou Culture et création artistiques.

Nous avons choisi pour les classes de 3e Descartes et Galilée de travailler sur l’évolution de l’industrie automobile. Et que de plus judicieux pour démarrer ce thème que de visiter la Cité de l’Automobile de Mulhouse !

Plus grand musée automobile du monde, la Cité de l’Automobile présente 400 modèles historiques, de prestige ou de course, qui retracent l’histoire de l’automobile de 1878 à nos jours.

Les élèves ont pu découvrir et apprécier les différences entre :

  • la Jacquot Break, une voiture à vapeur (1878)
  • la Hispano Suiza Type Alphonse XIII, première voiture atteignant les 120 km/h (1912)
  • la Mercedes Type W 125, voiture de course imbattable en 1937
  • la Ferrari Type 156B qui a remporté le Grand Prix d’Autriche en 1964
  • la Bugatti Veyron (2005) qui passe de 400 km/h à un arrêt total en 10 secondes !

Certains élèves ont même pu faire des tonneaux avec une 206 !

Pour poursuivre l’exploration de ce thème, les élèves étudieront la voiture hybride en classe de technologie et les métiers autour de l’automobile en séance d’orientation.

Cet EPI se clôturera au mois de mars avec la visite des entreprises Autocable (3e Galilée) et Mahle Behr (3e Descartes).

Sophie Leseignoux

Éducation à l’orientation au lycée

Intervention de M. Gerges, professeur d’anglais au lycée Kléber de Strasbourg (22/11/16)

Des élèves volontaires de 1ères et de terminales ES et S ont assisté à la présentation des classes préparatoires scientifiques (MPSI, PCSI) et économiques (ECE, ECS) du lycée Kléber. Ils ont tout appris sur les modalités d’organisation de ces classes : moyennes d’admission, nombre d’heures et contenu des enseignements, examens et colles, accès aux concours des écoles d’ingénieurs et de commerce…

Un cours « comme à la fac » (15/12/17)

 M. Lehmann, directeur de l’ISEG Marketing and Communication School, est venu dispenser aux élèves de terminales ES et STMG un cours d’initiation au marketing. Le thème : Créer une nouvelle campagne de communication pour Intersport. Après une brève partie théorique, les élèves ont pu réfléchir sur des slogans porteurs de sens pour l’enseigne et ensuite confronter leurs idées.

Immersions à l’université (du 6/02/17 au 10/05/17)

 Certains élèves ont déjà assisté à des cours à la faculté de Strasbourg. N’hésitez pas à vous inscrire à l’adresse suivante : http://immersion-lyceen.unistra.fr

A suivre :

  • Journées des universités les 3 et 4 février
  • Intervention de l’EFREI (Ecole d’ingénieur en informatique et technologies du numérique) en février

Journée post-bac pour les terminales

 Afin que nos élèves de terminale aient toutes les informations nécessaires aux inscriptions, nous avons organisé une demi-journée consacrée au post-bac.

Au programme :

  • Présentation du site APB (Admission post-bac) et du CLOUS (bourses et logements)
  • Conception de CV et de lettre de motivation (EGEE)
  • Interventions d’écoles :
    • CPGE PCSI (Physique Chimie Sciences de l’Ingénieur) et ECS (Economique et Commerciale option Scientifique) – Lycée Saint-Etienne
    • Diplôme de Finance et Marketing (Bac +5) – ISEG
    • Diplôme d’Ingénieur Arts et Métiers (Bac +5) – ECAM
    • DUT Génie Biologique – IUT de Colmar
    • DUT Techniques de Commercialisation – IUT de Colmar
    • BTS Economie Sociale et Familiale – Lycée Saint-André

Conférence: Les enjeux environnementaux par Joachim DELPECH

Nous avons accueilli vendredi 20 janvier Joachim DELPECH, chef de projet « Les ParisCulteurs », venu tout spécialement de  Paris pour animer une conférence devant nos 40 éco-délégués.

L’objectif de cette rencontre était de sensibiliser les jeunes aux enjeux environnementaux et les informer sur les grands moyens utilisés pour avancer dans ces démarches.

Les conséquences liées à notre consommation, les petits gestes quotidiens à adopter ou encore la logique des 3R (Réduire, réemployer, recycler) ont suscité beaucoup d’intérêt auprès des élèves et c’est avec enthousiasme qu’ils ont pu échanger et partager leurs opinions sur la cause environnementale.

   

C’est maintenant le temps de passer à l’action!

Les élèves débordants d’idées vont pouvoir se répartir dans les différents ateliers qui vont se mettre en place dans l’établissement: Customisation des poubelles pour faciliter le tri, fabrication d’échelles de propreté, atelier d’origami, confection d’affiches, création d’un mur végétal et plantations dans la cour de l’établissement,…

La participation à la journée citoyenne de la ville de Colmar sera le point d’orgue de notre projet!

Un grand merci à Joachim DELPECH et nos félicitations aux élèves pour leur engagement !

Les petites Marthe, un témoignage émouvant

Dans les années 1960, dans la campagne du sud de l’Alsace, Marie-France, Anne-Marie et Bernadette entrent à l’Ecole ménagère de Carspach (ancêtre du BTS ESF) pour y apprendre tout ce qu’une bonne épouse doit savoir avant le mariage. Broderie, cuisine, couture, puériculture, économie domestique et quelques rudiments de français et de mathématiques. Issues du monde ouvrier, elles accèdent gratuitement à cette école de renom, tenue par des religieuses, partageant les cours avec les filles des riches industriels de Mulhouse. En contrepartie, elles doivent travailler dur pour le compte de l’établissement assurant l’entretien des lieux, les travaux de ferme et la cuisine quotidienne pour les 300 élèves. On les appelle les « Petites Marthe », à l’image de Marthe, la servante de Jésus dans la Bible. Après deux années de scolarité, âgées de 16 ans, elles deviendront employées de maison. De cette expérience d’éducation autoritaire et moralisante, chacune suivra son chemin d’émancipation pour construire sa vie de femme.

Nadège Buhler, ethnologue a réalisé un documentaire sur cette histoire. Documentaire que les étudiantes du BTS ESF ont eu la chance de visionner en compagnie de ces femmes aujourd’hui ravies de témoigner de ce qu’à pu être cette expérience, grâce à l’implication de leurs professeurs, Mesdames Bohrhauer et Klee.

« A la fin de ce documentaire plein d’émotion, nous avons pu partager un moment d’échange avec les 3 femmes du documentaire. Nous avons pu constater leur forte joie de vivre. En effet, malgré toutes les difficultés de leurs années à Carspach, Marie-France, Anne-Marie et Bernadette tirent beaucoup de positif de leur expérience. En effet, aujourd’hui chacune a de bons et mauvais souvenirs ainsi que des anecdotes. Elles ont appris la rigueur, la cuisine, la couture, la gestion d’une maison et tout ceci leur sert encore aujourd’hui. Elles utilisent les mêmes méthodes de rangement : « toute chose a sa place, chaque chose à sa place ».

Eva Fussner BTS ESF 1ère année

 

Le Parcours Avenir en 3e

Avec la réforme du collège, le parcours d’orientation s’appelle désormais le Parcours Avenir. Ce parcours concerne tous les élèves de la 6e à la 3e.

Son programme repose sur 3 objectifs :

  • Découvrir le monde économique et professionnel
  • Développer son sens de l’engagement et de l’initiative
  • Elaborer son projet d’orientation scolaire et professionnelle

En 3e, on travaille sur ces trois points mais en particulier sur la construction du projet personnel d’orientation.

L’accent a été mis cette année sur le concret, pour que l’élève aborde le contenu des formations de façon réelle.

Pour commencer, en octobre, des élèves de 2nde volontaires sont venus expliquer en classe de 3e leur ressenti de la classe de 2nde, les grandes différences ainsi que les exigences des matières.

De novembre à janvier, les élèves de 3e partent en immersion dans les classes de 2nde, dans les matières de français et de maths.

Pour les élèves intéressés par la voie professionnelle, nous avons fait appel à M. Birling, inspecteur de l’apprentissage à la CCI de Colmar, pour une présentation de l’apprentissage. Il leur a expliqué tout ce qui concerne les modalités de formation, le salaire, les congés, le contrat d’apprentissage…

A suivre :

  • Le Forum des Carrières 68 (Assomption)
  • Les immersions en enseignements d’exploration 2nde
  • Les immersions en 2nde professionnelle

 

Sophie Leseignoux

COLLECTE POUR LA SPA DE COLMAR

En 4° Vivaldi, cette année nous avons organisé avec l’aide de Madame Vallois, une collecte pour la SPA de Colmar.

Nous avons fait la rencontre de Monsieur Owczarski Pierre, directeur de la SPA, le jeudi 24 novembre 2016 de 13h50 à 15h40. Il nous a présenté Coca, un husky qu’il a adopté. Monsieur Owczarski nous a raconté l’histoire de son chien et a énuméré toutes les actions menées par la SPA. Il nous a expliqué son action en détail, l’importance du bénévolat, des dons et des collectes comme la notre.

Nous avons apprécié son intervention qui nous a sensibilisé à la cause animale et sommes contents d’avoir pu contribuer à notre niveau au bien-être des animaux.

La classe de 4° Vivaldi

CRECHE NOEL 2016 DES 5° MATISSE

Nous avons fabriqué une crèche. Marie, Joseph, l’âne, le bœuf ainsi que le petit Jésus ont été réalisés en origami. L’ange est fabriqué en papier coloré tout comme l’étoile. Les moutons ont été réalisés grâce à du coton et des cotons tiges. La guirlande est fabriquée avec du ruban, des boules de neige en papier canson et un petit sapin en plastique décoré.

La crèche réalisée par les élèves de 5° Matisse a été installée début décembre 2016 sur les casiers de la salle de classe, dans la bonne humeur.

Lilya El Qasmi & Colin Gagnier

5° Matisse

Colmar séduit l’Australie

Comme chaque année, St-André a accueilli des correspondantes australiennes dans le cadre de l’échange avec le lycée de jeunes filles Pymble de Sydney.

Cette année, ce sont trois jeunes filles qui ont eu l’occasion de passer les fêtes de Noël à Colmar dans le froid de l’hiver alsacien (puisqu’en Australie, Noël se fête en été par de grandes chaleurs).

En effet, Emma, Claudia et Annabel sont arrivées en France le 26 novembre 2016 et reparties le 12 janvier 2017, après presque 7 semaines passées au sein du lycée et accueillies par les familles de leurs correspondantes qui auront la chance d’aller faire une immersion similaire à Sydney du 23 mai au 12 juillet 2017.

Elles ont pu découvrir le système scolaire français et le charme d’une petite ville à la française. Grâce à leurs familles d’accueil respectives, Claudia a eu la chance de découvrir Paris tandis qu’Annabel se rendait à Genève et Emma a pu tester ses talents de skieuse.

Si nos trois globetrotteuses ont parfois trouvé les journées d’école bien longues comparées à leur système (cours de 9h à 15h environ puis activités extra-scolaires), elles ont été séduites par Colmar. Elles ont apprécié l’ambiance de Noël et surtout le fait d’être directement au cœur de la ville en sortant du lycée, ce qui facilite grandement les envies de faire du shopping !

Leur séjour à Colmar a été marqué par trois temps forts partagés avec les familles et Mme. SEYLER qui est la coordinatrice de cet échange.

Elles ont été accueillies par M. Le Directeur autour d’un petit-déjeuner dès le matin de leur arrivée à St-André. La semaine suivante, elles ont profité de la patinoire de Noël sur la Place Rapp à Colmar avant d’aller dîner dans une Winstub avec les familles d’accueil. Enfin quelques jours avant leur départ, une dernière soirée de partage a rassemblé les australiennes et les familles françaises pour un bon dîner.

Tout est Art à Paris

Dix élèves de 1° Européenne Anglais ont pu profiter d’un petit week-end à Paris pour visiter les expositions temporaires du moment au début du mois de décembre 2016.

Partis tôt le samedi de Colmar ils étaient à Paris dès 9h et ont tout de suite pu commencer leur marathon culturel avec la visite de l’exposition Les Grands Peintres Américains des Années 1930 au Musée de l’Orangerie. Une conférencière les a guidés à travers l’exposition, leur apportant de précieuses explications sur les caractéristiques et thèmes de la peinture américaine qui s’est tout particulièrement développée durant la décennie de la Grande Dépression.

Après avoir déjeuner au marché de Noël sur les Champs Elysées, ils ont visité l’exposition dédiée à Hergé au Grand Palais. Ils ont découvert en toute autonomie la vie du créateur de Tintin, souvent considéré comme le père de la Bande Dessinée.

Le samedi s’est terminé par un temps de shopping et un arrêt au Trocadéro pour voir la Tour Eiffel scintiller.

Le dimanche matin, la petite bande a fait l’ouverture de l’exposition Tout est Art consacrée à l’œuvre de l’artiste contemporain Ben au Musée Maillol. Une visite qui a fait sourire mais aussi réfléchir.

Enfin, la virée parisienne s’est terminée avec l’exposition L’Art et le Chat au Musée en Herbe, où sont exposées des œuvres de Geluck sur lesquelles le Chat parodie certaines des œuvres les plus célèbres au monde.

Laura SEYLER, professeur d’anglais.

 

Novembre 1944 – février 1945 : la libération de l’Alsace et la poche de Colmar

Les classes de 1ère européenne allemand, 1ère Abibac et 3è Galilée ont pu participer à une conférence donnée par M Geoffrey Koenig, étudiant en Master d’histoire contemporaine et spécialiste de l’armée allemande dura. Il exposa aux élèves qu’après les deux débarquements de Normandie et de Provence, en juin et août 1944, les armées alliées ont avancé en direction de l’est de la France, où elles sont arrivés à la mi-septembre 1944. Suite à des soucis d’approvisionnement, l’avancée s’est alors ralentie et ce n’est que le 19 novembre que la 1ère Armée française est entrée en Alsace et à atteint le Rhin, à Rosenau, près de la frontière suisse. Plus au nord, la 2ème Division Blindée du général Leclerc a libéré Strasbourg le 23 novembre, après une attaque surprise depuis Saverne. Entre ces deux armées, la XIXè Armée allemande s’est accrochée, a résisté et a constitué le « Brückenkopf Elsass », autrement dit « la poche de Colmar ».

Le front se figea alors entre le 12 décembre 1944 et le 20 janvier 1945 dans une longue guerre de position. Les combats n’ont pas cessé pour autant et de nombreuses localités furent détruites par les bombardements allemands où alliés autour de Colmar, comme par exemple Ostheim, Kientzheim, Sigolsheim … Ces semaines furent terribles pour les soldats comme pour les civils qui eurent à souffrir des combats et du froid sibérien qui s’abattit sur l’Alsace avec des températures pouvant descendre jusqu’à -20°.

La poche de Colmar fut réduite à partir du 20 janvier 1945 grâce à l’offensive du général De Lattre. Le rouleau compresseur allié se remit en route et les localités furent libérées les unes après les autres. Les combats restaient néanmoins terribles, les Allemands continuaient à se battre avec ardeur notamment à Jebsheim, considéré comme « le petit Stalingrad alsacien ». Colmar fut enfin libérée le 2 février 1945 et la poche réduite avec la prise de Chalampé le 9 février. De Lattre envoya ce communiqué : « Au 21e jour d’une âpre bataille au cours de laquelle les troupes américaines et françaises ont rivalisé d’ardeur, de ténacité et de sens manœuvrier, l’ennemi a été chassé de la plaine d’Alsace et a dû repasser le Rhin. » La guerre continua cependant à faire des ravages car des dizaines de civils vont encore mourir, victimes des mines qui avaient été disposées dans les champs dans les zones de combats.

Cette conférence fut l’occasion de rappeler les horreurs de la guerre et de mettre en parallèle, ce qu’ont vécu les Alsaciens il y a 72 ans, avec le vécu des civils dans certaines zones de conflits actuels comme en Syrie.

Mathieu Danner