Saint André en émoi

Le samedi 24 novembre, le lycée technologique Saint André a ouvert ses portes aux adolescents et aux adultes (parents et professeurs) pour une matinée de promotion de la santé et du bien-être de tous. Cette matinée a proposé une symbiose entre trois univers bien différents. Et si les jeunes, leurs parents et leurs professeurs choisissaient d’être là, pour cette rencontre Adultes écout’émoi ?

La Terminale ST2S a piloté ce projet interfilière encadré par le professeur de Sciences et Techniques Médico-Sociales, Amélie QUINTANA. Après un petit déjeuner gourmand et local, préparé par les BTS Economie Sociale et Familiale et animé par le Musicien Maraîcher Gabriel WILLEM, les participants ont été invités à participer à des animations proposées et organisées par les filières technologiques, leurs professeurs et les partenaires du projet.

Sommeil, nouvelles technologies et apprentissage…

Durant l’exposition « Sommeil’émoi », organisée par les 1res ST2S et leur professeur de Biotechnologie : Pascale DIMANCHE, diplômée en Sophrologie, adultes et adolescents ont pu être informés sur la nécessité de bien dormir pour mieux apprendre. De la même manière, les affiches de l’atelier « Réveill’émoi », conçues par les Secondes, ont eu pour objectif de lancer l’alerte sur le lien entre l’utilisation des nouvelles technologies et le sommeil des adolescents.

Apprendre aux adultes et jeunes à communiquer.

Dans l’atelier « Outill’émoi », Astrid CISERI, responsable du Lycée Technologique et diplômée en coaching de vie sociale, a donné aux adultes et aux ados des clés pour mieux communiquer et favoriser le « mieux vivre ensemble ».

Dans le même esprit, « Accompagn’émoi », atelier animé par Yannick CLAUDE, éducateur spécialisé de la maison des adolescents de Mulhouse et Véronique GONTARD, parent formé en communication non violente, interroge nos rythmes de vie qui rendent parfois difficiles les relations adultes-ados. Ainsi, les participants sont invités à poser un regard sur leurs façons de communiquer.

L’adolescence est une période de transition qui peut amener les jeunes à perdre l’estime d’eux-mêmes entrainant ceux-ci à trouver des échappatoires à leur mal-être.  À travers l’atelier « Estim’émoi », Noémie HARRIET, chargée de projet à l’association « La Ligue contre le Cancer », a suscité des échanges sur le lien entre l’estime de soi et les conduites à risques.

« Des motsd’émoi» est une pièce écrite, dirigée et mise en scène par Olivier CORDIER, professeur de théâtre. C’est avec légèreté, humour et un fond de comédie dramatique, que des thématiques d’actualité (hygiène des ados, suicide, harcèlement, écrans, relations affectives) sont jouées par les parents, enseignants et adolescents.

 Prendre soin de soi, jouer, se détendre…

Dans l’atelier « Détent’émoi », Céline WINTENBERGER, praticienne en Shiatsu à Cernay, a montré comment le « Toucher » permet de dénouer certaines tensions entre ados et adultes sans exprimer de mots. Les participants, en binôme, ont pu apprendre à détendre le haut du corps et le crâne.

Le lien entre stress, alimentation, rythme de vie et qualité du microbiote a été démontré grâce à l’exposition « Microbiot’émoi », animée par les 1res STL sous la direction de Pascale DIMANCHE, professeur de Biotechnologie.

« MangerBouger’émoi » est une animation élaborée par les étudiants en DECESF en collaboration avec Laura SEYLER, professeur d’Anglais et marathonienne. Son ambition a été de réveiller les consciences sur l’importance de bien manger et de faire du sport à l’adolescence.

Parce que jouer et rire sont des ingrédients indispensables à une relation adultes-ados épanouie, les amateurs de « Question pour un Champion » ont pu se retrouver dans l’atelier « Cultiv’émoi » animé par les terminales STMG sous la coordination de François SESSA, professeur d’Économie et Gestion.

S’informer, lire et sourire pour une photo souvenir

Une mallette « Inform’émoi », créée par les premières ST2S sous la direction de Romaine NEY, professeur de Sciences et Techniques Médico-Sociales,  a été mise à la disposition du public.  Chacun a pu glisser, dans son sac en toile personnalisé avec le logo du projet, des informations sur les thématiques et lieux ressources en lien avec la santé et le bien-être des ados.

Les participants pouvaient également repartir avec des livres achetés sur le stand « Livr’émoi ». Ces ouvrages, abordant l’ensemble des sujets évoqués dans la matinée, ont été choisis par les élèves de Terminale ST2S avec la collaboration de la librairie Hartmann.

Enfin, adultes et jeunes ont pu immortaliser cet évènement en conservant une photo polaroid prise dans l’atelier « Photo’émoi ».

La matinée s’est terminée dans la convivialité autour d’un verre de l’amitié.

Amélie QUINTANA

Les 1re2 à la Filature : « Le Barbier de Séville » interprété par l’Opéra du Rhin

Le mardi 09 octobre 2018, nous avons assisté à une représentation du célèbre opéra de Rossini « Le Barbier de Séville ». Nous avions lu auparavant la pièce de Beaumarchais, ce qui nous a permis de pouvoir suivre, car l’opéra était en italien, sur-titré français.

Avant d’y aller, nous avions des a priori. Nous pensions que ça allait être long, qu’on n’allait pas comprendre et que ce serait ennuyeux. Très vite, nous avons pu remarquer que ce n’était pas le cas : c’était captivant ! Les décors étaient très bien faits. Leur dimension symbolique nous a conduits à faire des liens avec les enjeux de la pièce. Les changements de décor étaient rapides, la salle était impressionnante. La mise en scène de Pierre-Emmanuel Rousseau nous a permis d’apprécier le comique du jeu des chanteurs. Leur puissance vocale et la musique de l’orchestre, dirigé par Michele Gamba, faisaient ressentir les émotions des personnages.

Être allés à l’opéra a été pour nous une expérience enrichissante intellectuellement et culturellement.

Les élèves de 1re2

Les host-sisters australiennes

Comme chaque année au mois de décembre, Saint André accueille des correspondantes australiennes qui font un séjour en immersion de 7 semaines.

La nouveauté cette année était la venue de 5 jeunes filles du lycée MacKillop de Bathurst en plus des 3 élèves du lycée Pymble de Sydney, notre partenaire de la première heure.

Les filles de Pymble étaient accueillies par des élèves de 2de européenne, et les paires se sont rencontrées pour la première fois en décembre. Nos élèves de 2de iront à Pymble au mois de mai 2019.

Les filles de MacKillop ont intégré des classes de 1re, étant donné qu’elles avaient déjà accueilli leurs correspondantes françaises (qui avaient participé à l’immersion en Australie l’an passé en fin de 2de). C’était donc de belles retrouvailles pour ces demoiselles.

CAMERON Elizabeth et GATTO Éva de T.5 (Éva était allée à Pymble il y a 2 ans quand elle était en 2de, D’CUNHA Rachel et FOGUE Eléa de 2de5, JENKINS Simonie et DELECAUT Daphnée de 2de5, NOONAN Elizabeth et GRANGEOT Vahina de 1re6, SHEAN Faith et NISSLE Sara de 1re6, WINDSOR Bethany et WAGNER Charlotte de 1re4, JONASSEN Leigh et SCHUHMANN Emma de 1re6, WALSH Aimee et SCHMEIER Axelle de 1re4.

Comme toujours, les australiennes ont apprécié la vie alsacienne ainsi que le système d’éducation français, qu’elles trouvent moins strict même si les journées leur paraissent longues.

Outre le lycée français, elles ont découvert les coutumes françaises des fêtes de fin d’année.

Au lycée, elles ont suivi les cours avec leurs correspondantes, découvrant certaines matières qui leur sont totalement inconnues comme l’allemand, et elles sont intervenues dans des cours d’anglais de différents niveaux.

Toutes les filles, françaises et australiennes, s’accordent pour dire qu’elles vivent une expérience inoubliable et qu’elles ont construit de belles amitiés.

Aimee a confié qu’elle avait trouvé en Axelle une « vraie sœur » car elles ont le même humour et les mêmes intérêts.

Le terme « host sister » prend donc tout son sens.

Laura SEYLER

 

Commémoration de la fin de la Grande Guerre

Notre établissement s’est tout naturellement associé aux commémorations de la fin de la Première Guerre Mondiale.

Le département d’Histoire a présenté une exposition sur les conditions de vie dans les tranchées. Les panneaux, prêtés par Archéologie Alsace de Sélestat, présentaient avec pédagogie les difficultés des soldats, quel que soit leur uniforme d’ailleurs, mais aussi leur quotidien fait parfois de menus plaisirs. Des objets issus de différentes collections ont agrémenté l’exposition notamment deux magnifiques mannequins, l’un habillé en Dragon et l’autre en uniforme colonial.

Le 9 novembre, la communauté éducative s’est réunie pour présenter et inaugurer l’exposition. Après une introduction de M. THOMAS, Chef d’Établissement, M. ZITVOGEL a rappelé le caractère très particulier de l’Alsace dans ce conflit. En effet, la majorité des Alsaciens ont combattu sous l’uniforme allemand puisque notre belle région appartenait à ce moment-là au Reichsland.

La Marseillaise a été entonnée par les élèves de M. BURGMEIER, professeur d’Éducation Musicale.

Des élèves de MM KIEFFER et DANNER ont ensuite lu avec brio des biographies d’anciens pensionnaires du Collège Saint André décédés pendant le conflit. Les participants ont appris avec surprise la présence d’un prêtre parmi les victimes.

L’inauguration s’est terminée par l’intervention de Monsieur STRAUMANN, Député, et de Monsieur HEMEDINGER, Adjoint à la mairie de Colmar.

  Thiébault ZITVOGEL

Les élèves médiateurs au collège

Après avoir été formés l’an dernier en 5e, les nouveaux médiateurs sont entrés en action dans la gestion de petits conflits qui surviennent dans la cour du collège. Élèves de 4e, ils interviennent auprès de leurs pairs en 6e, 5e et 4e.

Une permanence est tenue à chaque récréation dans le coin de la médiation du foyer pour accueillir les élèves à médier.

Une nouveauté qui fait déjà ces preuves puisque plusieurs situations conflictuelles ont déjà pu être amorties grâce à ce dispositif.

Myriam ANDRE

Michael Jackson On the Wall du Grand Palais

Alors qu’ils ont étudié en classe d’anglais européenne la vie, l’héritage musical et culturel de Michael Jackson ainsi que la figure d’icône qu’il représente, les Terminales Euro ont poursuivi leur découverte à Paris.

En effet, lundi 3 décembre, ils ont fait l’aller-retour dans la capitale pour visiter l’exposition temporaire dédiée au King of Pop, installée au Grand Palais depuis peu.

Ils ont apprécié la diversité des supports : des portraits de la star réalisés par de grands peintres tels que Warhol et de photographes réputés à l’instar de David LaChapelle, des extraits vidéos, des montages sonores ou encore des collages et sculptures originales.

Toutes ces œuvres rassemblées pour mettre en avant la stature iconique et l’influence culturelle qu’a eue Michael Jackson à travers sa musique, mais aussi ses attitudes.

Ils ont aussi profité de leur escapade parisienne pour faire un arrêt au Louvre et se balader sur les Champs Élysées.

Laura SEYLER,  professeur d’anglais

Théâtre en anglais

Après avoir vu au cinéma le biopic Mary Shelley au début de l’année, les 2des européennes (2de1 et 2de5) ont assisté à une représentation en anglais de « Frankenstein » au Théâtre de la Sinne de Mulhouse.

La pièce, d’une heure et demie, jouée par des acteurs britanniques, proposait une version adaptée du roman et s’inspirait aussi des films, tout en mêlant des pointes d’humour adressées à un public scolaire.

Les élèves ont noté que malgré des moyens limités,  4 acteurs et quelques accessoires suffisaient à mettre en scène une pièce où une multitude de personnages se croisent dans des décors variés.

Ainsi, ils ont pratiqué leur anglais et ont profité du récit pour se questionner sur l’être humain, l’âme et le besoin de compagnie.

Autre point important, ils ont appris que Frankenstein n’est pas le nom du monstre, mais celui du scientifique qui le crée (Dr Victor Frankenstein).

Laura SEYLER

Journée bleue contre le harcèlement scolaire

Vendredi 9 novembre, les collégiens et lycéens étaient nombreux à jouer le jeu de s’habiller en bleu pour dire NON au harcèlement scolaire !

Les élèves de 5e se sont retrouvés à l’auditorium du collège pour une intervention du major de police COLOMAR qui les a sensibilisés aux signes et risques du harcèlement et cyber-harcèlement.

Cette sensibilisation s’inscrit dans le projet d’année du niveau de 5:  « Citoyenneté ».

Myriam ANDRÉ