Blog - Collège Épiscopal Saint André

+

"Dynamitons nos représentations : humanisons par et pour l’union"

 

Par une matinée bien fraiche, le 21 septembre 2022, 26 jeunes de Terminale ST2S, accompagnés par Amélie Quintana, leur professeur de STMS, et Jonas Reheisser, leur assistant d’éducation, se sont rendus à Wittenheim, au cœur du Bois du Nonnenbruch sur le site de « La dynamitière », lieu de stockage des anciennes mines de potasse.

C’est ici que depuis 2002, l’association Sahel Vert agit dans le but de donner vie et faire fructifier des valeurs de partage, de co-construction dans un projet de développement social mené de concert avec des collectifs de travail et les territoires qu'ils soient du niveau local, européen ou mondial.

Outre ses 4 centres (2 en Afrique et 2 en Europe), l’association s’implique dans la mise en place d’écolieux, où les relations intergénérationnelles et interculturelles se vivent et s’interrogent. Tous ces espaces s’alimentent les uns les autres, aussi bien dans le cadre des biens et des services produits et échangés, qu’en terme de recherche et de réflexion.

Les personnes impliquées se reconnaissent sous le statut unique de « bénéficiaire-acteur ». L’interaction que suscite une telle aventure est le terreau d’une démarche qui se veut fondatrice d’une humanité basée sur l’ouverture à l’Autre.

C’est donc, dans cet écrin de verdure, que nous sommes chaleureusement accueillis par l'équipe (Nicole D’Angelo, responsable du pôle Recherche, Adama Poudiougou, responsable du pôle Initiatives et Aurélie Marais, responsable du pôle Éducation). Nous n’en sommes pas à notre première rencontre avec les membres de l’association Sahel Vert. En effet, le partenariat existe depuis la rentrée 2021. Il est motivé par le fait que l’interaction entre les institutions et ses acteurs constitue un moteur d’apprentissage mutuel dans nos pratiques et réflexions.

Le 19 septembre 2022, l'association propose à notre classe de participer à une recherche-action participative (RAP) autour de la question de l’habitat. Cette RAP cherche à décortiquer les usages et les coutumes autour de la maison.

Il s’agit pour les lycéens d’adopter une posture d’anthropologue, curieux de l’autre et curieux de soi.

Interroger ses propres représentations autour de ce que veut dire manger, dormir, se laver, pour interroger l’Autre, celui que je pense différent de moi.

« Finies les réponses toutes faites, les idées reçues ! C’est un esprit ouvert qu’il s’agit de manifester en vivant cette expérience. Certaines de vos questions n’auront pas de réponse, cette non-réponse est à questionner, vos ressentis sont à observer, ... ».

C’est ainsi que le début de ce temps d’accueil est consacré, à poser les jalons de cette enquête hors du commun que les élèves vont entreprendre lors de leur matinée d’immersion par groupe de 4 dès le lundi 26 septembre.

Pour approfondir le contexte de réalisation de cette exploration humaine, nous découvrons les différentes activités de l’association : la gestion pastorale, née en 2008, à l’initiative du rêve de Yacine, un des jeunes mineurs accueillis dans le centre et en partenariat avec des bergers du Mali ; le jardin avec la serre construite par des enfants en décrochage scolaire ; la cuisine inspirée des produits du maraîchage ; le recyclage mis en place pour financer des projets et pour économiser les énergies.


La posture professionnelle de l'éducateur nous est présentée : « Interviewer les jeunes et travailler des thématiques avec eux ne sera pas évident. Ces jeunes ont vécu des interrogatoires et ne se livrent pas facilement tant que la relation de confiance n’est pas établie. Ils ont vécu un parcours de « débrouille » souvent traumatisant ». Chaque jeune construit un projet éducatif personnalisé en quinze jours, avec souvent des difficultés liées à la compréhension de la langue.

Ces informations permettent de nuancer l’enthousiasme idéaliste que nous pouvons avoir à la perspective de réaliser ce voyage initiatique de découverte de l’Autre. Cependant, l’ensemble des belles initiatives et réalisations conduites par l’association Sahel Vert montre que l’énergie de l’amour inconditionnel de l’Autre dynamise les barrières et les divisions pour ouvrir la voie pour donner de la voix à l’unité.

Tel est le ressenti des jeunes lycéens qui dans leurs témoignages qualifient cette expérience d’enrichissante car promotrice d’une ouverture d’esprit pour développer le partage de nouveaux points de vue et une vision plus élargie du monde et des cultures.

C’est avec gratitude qu’ils remercient l’équipe de Sahel Vert d’avoir permis cette découverte, les amenant à plus de conscience de leur capacité à faire prospérer « une atmosphère de paix et d’empathie » envers ces jeunes personnes (Ilyès Souames), « l’entraide et la volonté de les accompagner avec bienveillance » (Camille Asser), « ouvrir son esprit sur un monde différent » (Roxane Grunenwald--Umbrecht),  « s’enrichir de la diversité des modes de vie » (Lucie Morel), « partager nos cultures » (Juliette Cartade). Ou encore comme l’énoncent Coralie Braun, Ninon Schleininger et Alexia Missenard : « s’apprendre mutuellement » pour comprendre que cet élan de partage unifie les esprits et motive chacun à être un artisan de paix.

Amélie QUINTANA

‹ Retour

Nous contacter


Par téléphone : 03 89 21 75 21
Par courriel : formulaire

Stacks Image 429
      Page mise à jour le 30/06/2022