Collège SAINT ANDRE

Etablissement Catholique d'Enseignement

Le mot du Directeur - Mars 2014

Soucieux de donner le ton de ce mot introductif à notre « Vie à Saint André », et avant de vous laisser la joie de découvrir l’ensemble des projets vécus où à vivre, je souhaiterais débuter avec ces quelques mots du Pape François, dans sa récente exhortation apostolique sur « la joie de l’Évangile » :

« Le temps est supérieur à l’espace.
Ce principe permet de travailler à long terme, sans être obsédé par les résultats immédiats. Il aide à supporter avec patience les situations difficiles et adverses, ou les changements de plan qu’impose le dynamisme de la réalité. Il est une invitation à assumer la tension entre plénitude et limite, en accordant la priorité au temps. Un des péchés qui se rencontre parfois dans l’activité socio politique consiste à privilégier les espaces de pouvoir que les temps de processus. Donner la priorité à l’espace conduit à devenir fou pour tout résoudre dans le moment présent (...). Donner la priorité au temps, c’est s’occuper d’imiter des processus plutôt que de posséder des espaces ».

Et il me paraît que ce texte éclaire totalement notre Projet Éducatif, en effet: si le temps est supérieur à l’espace... et en matière d’éducation c’est presque inévitable !
Il nous faut poser le sens de nos actions sur le long terme, et que celui-ci soit référé au projet de l’Enseignement Catholique.
Travailler à long terme n’est parfois pas compatible avec l’immédiateté des résultats. Et dans un monde où l’immédiateté de toute chose semble primer, quoi de plus naturel que de réinterroger le métier d’enseignant, et ce faisant, d’imaginer l’environnement éducatif de demain. Les recherches conduites sur le fonctionnement du cerveau nous y invitent et nous conduisent à repenser la transmission des connaissances. Et la présomption d’incompétence doit être remplacée par une présomption de compétence. Afin que les enseignants et les éducateurs soient invités à questionner les réponses plutôt qu’à répondre aux questions.
Stacks Image 6

Cour d'Honneur

Se donner la priorité au temps c’est déjà commencer par s’en accorder afin de ne pas succomber aux tentations dont on voudrait nous faire croire qu’elles sont essentielles. Chercher à éclairer, à discerner l’utile de l’illusoire n’est-ce pas là que nous sommes attendus...
Dans notre contexte, dans notre ambiance du moment, c’est bien ce qui doit illuminer notre quotidien.
Dans nos dynamiques éducatives, Myriam Revault d’Allonnes nous propose deux options qui s’offrent à nous :
la métaphore de la « cage d’acier » : celle dans laquelle l’homme se trouve informé, « comme dans un habitacle » du fait de ses dispositions. Cette cage qui est « aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de soi », est la « demeure où (l’homme) naît, où il doit vivre et à laquelle il ne peut rien changer, du moins en tant qu’individu ».
la métaphore de la « brèche du temps » : celle qui « marque l’apparition de cette faculté humaine de commencer quelque chose de nouveau, qui coïncide avec l’expérience d’être libre. (...) la brèche c’est le lien même de la pensée et de l’action (qui permet à) l’homme (de) réaliser l’inattendu ou l’infiniment improbable ».
Cours

Cour basse des Elèves

Alors nous nous laissons enfermer dans cette « cage d’acier » parfois bien réconfortante, mais inscrivons notre empreinte dans cette « brèche du temps » signe de notre humanité en devenir.

En guise de conclusion, je vous laisse méditer ces quelques lignes :
« Quand nous regardons vers l’avenir, il existe de nombreuses incertitudes» soulignait Frederico Mayor Zaragoza en octobre 1999 lors de la présentation des sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur. L’ancien directeur général de l’Unesco poursuivait: «Nous pouvons être sûrs au moins d’une chose : si l’on veut que la Terre puisse être humaine, la société devra alors être transformé. Nous devons œuvrer pour construire un « avenir » viable». La démocratie, l’équité, la justice solide, la paix ainsi que l’harmonie avec notre environnement maternel doivent être les maîtres mots de ce monde en devenir. Nous devons nous assurer que la « durabilité » est la base de notre façon de vivre, de diriger nos nations et nos communautés et d’interagir à une échelle locale et globale.

Dans cette évolution vers des changements fondamentaux dans nos styles de vie et nos comportements, l’éducation, dans son sens le plus large, à un rôle prépondérant à jouer ».

Alors, gageons d’être toujours et encore plus innovants pour relever le défi le plus difficile qui vise à modifier nos modes de pensées pour faire face à la complexité grandissante, à la rapidité des changements, à l’imprévisible, à notre vulnérabilité tout simplement à notre humanité.

Très belle lecture à vous et encore tous mes sincères remerciements pour les travailleurs de l’ombre de cette plaquette qui oeuvrent sans compter pour que vous puissiez avoir un témoignage de nos réalisations (faites et à venir) avec les jeunes que vous nous confiez.


Olivier THOMAS
Chef d'Etablissement